Mon constat national sur le rechargement de la voiture Ă©lectrique | Le Cercle Les Echos

Publié le par Laurent Lasselin

Lien archives Les Echos du 30/10/2012

http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2012/10/30/cercle_57568.htm

J'ai pu lors de mon pĂ©riple en traversant la France de Monaco Ă  Valenciennes, constater que nous manquions cruellement d'infrastructures nĂ©cessaires au rechargement des vĂ©hicules Ă©lectriques et par la mĂȘme occasion dĂ©montrer qu'il Ă©tait possible de parcourir de plus grandes distances.

Pourquoi une aventure de Monaco Ă  Valenciennes?

J'ai choisi de parcourir les 1160 km en voiture électrique par autoroute en roulant de jour comme de nuit et avec réseau français qui est encore "incertain" quant à sa définition et à sa signalisation .

J'ai opté pour un véhicule iOn doté de deux systÚmes de recharge
- rapide sur prise spéciale qui permet de remplir la batterie à 80 % en 30 minutes.

- classique qui se branche sur n'importe quel systĂšme Ă©lectrique mais nĂ©cessite 6 heures avec une autonomie de 170 km et une moyenne de 80 km/h pour mĂ©nager la consommation, je devais m'arrĂȘter tous les 100 km, ces pauses forcĂ©es tous les 100 kilomĂštres me permettait de me reposer.

Des infrastructures insuffisantes voir absentes

J'ai pu constater lors de mon périple qu'il n'y avait sur les aires et les stations-service d'autoroute , ni moyen de charge lente accessible, ni aucun moyen de charge rapide.

Par contre certains parkings disposent de prises de charge lente, qui devraient ĂȘtre Ă©tendus Ă  tous les parkings mais Ă©galement ils pourraient proposer des stationnements gratuits dans les centres-villes.

Sur autoroute, la voiture consomme plus, car on roule plus vite. Par contre, en ville, avec le systÚme de récupération d'énergie, chaque freinage permet de récolter de l'électricité et de recharger la batterie. L'autonomie est ainsi augmentée.

Mais une des difficultĂ©s, c'est de conduire la nuit: il faut allumer les phares. Tout de suite, la voiture consomme plus d'Ă©nergie. Ensuite, c'est le vent. Quand vous roulez contre lui, vous ĂȘtes obligĂ© d'accĂ©lĂ©rer un peu plus. Finalement, pour Ă©viter la dĂ©pense d'Ă©nergie je n'allumais ni la climatisation, ni le chauffage.

Le fait d'avoir des bornes de rechargement rapide dans les aires d'autoroute permettrait d'élargir les possibilités des véhicules électriques à une échelle nationale et non plus locale comme c'est le cas actuellement.

Sans trÚs grands efforts logistiques, la voiture électrique pourrait devenir la voiture de tous les jours pour de nombreuses personnes et pourquoi pas un véhicule économe pour toutes les distances.

Pour cela le temps de charge doit ĂȘtre rĂ©duit, il faut donc cartographier et tenir Ă  jour (par exemple par une application GPS internet) tous les points de rechargements rapides dans les infrastructures telles que les gares, tramways qui disposent de parkings et de courant fort et sur les autoroutes.

Les constructeurs quant à eux doivent rendre le véhicule plus économique en énergie par un moyen de chauffage moins gourmand ou une meilleure isolation, étendre la capacité de réserve de charge de plus 20 % et intégrer un systÚme de GPS pour repérer les points de charge actifs pour éviter la réelle l'angoisse de la panne trÚs pesante lors de longs trajets.

Les pétroliers qui investissent déjà dans l'énergie photovoltaïque ou éolienne, devraient envisager la vente de cette énergie propre dans leurs stations.

Mon prochain projet: le mĂȘme trajet en 24 heures.

Laurent Lasselin

Pour ĂȘtre informĂ© des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article